Une nouvelle chanson de Noël pour protester contre la pire des guerres.

« It’s a Song for Today ALL MY LIFE « est à la fois une chanson protestataire contre la pire des guerres et une chanson de Noël :

http://www.youtube.com/watch?v=YBWv35SCKgY
&
http://www.corato.eu.com

 

La pire des guerres est celle qui voit s’affronter les gens qui s’aiment depuis l’enfance.

Mon projet pour que les gens qui s’aiment, se retrouvent :

s’attarder sur des liens, qui, aux yeux de l’enfant qui est en nous, sont beaux, pour construire la paix, histoire de ne plus répéter des erreurs commises par le passé, des erreurs comme la suspicion, la jalousie, la gourmandise, la peur.

 

Ma maman, c’est Mamma Musica, et ce qu’elle me donne, je le transmets à toutes les personnes que je croise par hasard, en allant sur les pas de la petite enfance de mes grands-mères et de ma mère, en priant mon père d’en faire de même, pour montrer que l’amour est quelque chose de simple.

Et que c’est seulement l’amour qui permet de réussir à faire ce qui, de prime abord, paraît irréalisable : grandir.

Ceux qui me connaissent, savent que je vais leur servir au dessert, des mélodies ayant depuis longtemps croisé le duo que je préfère : une guitare et un piano.

Je joue de la guitare, et celle que j’aime joue du piano : tel est le rêve que je veux vivre depuis que j’ai lu dans le regard d’une petite fille devenue femme, parce que le temps passe.

J’espère la retrouver, j’espère qu’elle comprendra que ce qu’elle prend pour des poèmes ou des jolies mélodies, sont ma petite musique de nuit, pour que que l’enfant qu’elle a mis au monde ne fasse plus de cauchemars, ne parle plus de mourir avant elle.

« L’amour a pris froid » (Céline Dion/Johnny Halliday) le lendemain du carnevale coratino 2006.

Ce carnaval c’était pour fêter le soixante seizième anniversaire de Dominique Tondo,

c’était pour que Francesca Santarella soit vue pour ce qu’elle est au masculin : le générateur d’un mouvement suggéré en langue anglaise, par le garçon dans le vent que l’on sait, en compagnie d’un copain mort à cause d’une preuve d’amour, offerte au monde entier, pour que le « message personnel  » trouve son écho, à travers des personnes de bon conseil, comme la voix de « Jolie maman ».

Voir un groupe d’enfants jouer, c’est le bonheur, c’est ce qu’il y a de faire, parce que nous faisons tous partie de ce groupe, quelque soit notre âge. Il faut le savoir !!! Et si, par erreur on a quitté le groupe, il faut le rejoindre en se pardonnant de l’avoir fait, et dès aujourd’hui.

 

Les couleurs de la maison « Francesca Santarella » s’affichent : BLEU AZUR, ORANGE, et on y joue « Noémie », pour accueillir l’enfant qui est né, aujourd’hui, un enfant de l’amour, comme le sont tous les enfants, je vous l’assure, je vous le jure. Je tiens à vous rassurer, comme on le fait en Amérique, comme on le fait en Italie : le Noël de cette année sera HEUREUX, je tiens à vous rassurer comme en France, de Paris à la Martinique : le Noël de cette année sera JOYEUX.

 

« Je me baladais à la Martinique » a été choisi comme sous-titre pour raconter l’histoire d’ANTOINE, un jeune homme qui semble irréel, mais qui existe vraiment, à qui tout le monde voudrait ressembler, parce qu’il veut de l’amour pour son grand frère, pour son PETIT FRERE. Parce que ce petit frère est comme un dragon coincé entre des montagnes n’attendant plus la mer.

C’est une histoire vraie à raconter à tous les enfants parce qu’après l’avoir lue, il y a 40 ans, on se la repasse, aujourd’hui, parce qu’elle est soudain d’actualité.

 

Parce que dans l’histoire en question, tout le monde trouve la réponse à laquelle il n’aurait jamais pensé.

 

En effet, Louis VOLE – en italien : VOLA – dans un ciel bleu azur, Freddy « ZUCCA » est sur ses pas avec sa citrouille magique transformée aujourd’hui et jusqu’à l’éternité, en CARROSSE..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *