5 400 000 réponses dans Google pour la musique pop de Vincent Tondo

Capture d’écran 2019-09-24 à 12.40.27

Vincent Tondo est un artiste musical que l’on voit sur les plus petites, et les plus grandes scènes depuis que sa chanson « Single » a été médiatisée par la BBC, dans l’émission D’UN SILLON A’ L’AUTRE, animée par Michel Lobelle.

C’était en 1985. A’ l’époque, Vincent Tondo, alias il Tondo, puisque Vincent Tondo est née d’une mère, professeure de lettres en Italie, faisait partie de l’équipe d’enseignants, dans une école portant le nom de Marie Curie.  En effet, ce qui anime Vincent alias Dominique, depuis son enfance, c’est la musique qui rassemble la famille, des grands-parents aux petits enfants. C’est la raison pour laquelle le Service Public fait appel à Vincent Tondo. Parce qu’avec simplicité, Vincent Tondo prouve l’efficacité pédagogique d’un divertissement s’inscrivant dans la réalisation des programmes scolaires, dans la réalisation de formations, conventionnées par Le Service Public de l’Emploi. En effet, Vincent Tondo est à l’écoute de l’enfant qui vit en chaque femme, en chaque homme, citant John Lennon, à travers sa reprise d’Imagine, une berceuse écrite à quatre mains, par la maman de Kyoko, par le papa de Julian.

Cette importante référence, continue à créer l’intérêt chez les couples d’amoureux chantant ensemble pour le plaisir de donner à voir, ce qui fait vivre, et permet d’élever l’humanité : l’émerveillement de voir un enfant qui nait, et surtout de s’en souvenir chaque jour, en rappelant le voyage de pionniers, ayant quitté leur pays d’origine, pour vivre leur amour, en toute sérénité, comme par exemple Elisabeth et Robert Browning qui se mariés en secret en Angleterre et qui sont allés vivre à Firenze (Florence en italien). « Je joue Lennon, Nino Ferrer » chante Vincent Tondo dans sa chanson « A TUTU A PAPA », une chanson ayant donné son titre au film d’enfant projeté à La Villa Nobel (maison d’Alfred Nobel à San Remo), en partenariat entre l’association présidée par Vincent Tondo depuis 1995 et l’association présidée par un certain Marcello, avocat, avec la Provincia de Imperia.

L’origine de ce film, vient d’une information diffusée par la télévision italienne concernant les nouveaux nés noyés comme on noie des chatons trop nombreux. C’est le plus jeune fils de Vincent Tondo qui voit l’importance de réagir face à cette information transmise au moment du déjeuner par la télévision. Le père et le fils étaient à San Remo pour promouvoir les écrivains écrivains en italien dans les Amériques, des textes poétiques, susceptibles d’inspirer une chanson pop. Dans le film en question, la caméra est partagée entre le fils et le père, se donnant les moyens de prendre en considération le désespoir de mamans qui abandonnent, qui tuent leurs enfants, au sens propre, comme au figuré. Ce qui a induit le film se passe au Brésil et les images choquantes diffusées par la télévision italienne, vues dans un bel hôtel par Antoine-Guillaume et son père Vincent Tondo, inspirent de façon remarquable et remarquée une vidéate précédant un débat sur l’adoption à distance des enfants, rendant hommage au familles et aux associations qui agissent, encourageant cette adoption, à travers la production de chansons révélant l’état d’esprit dans lequel des artistes, agissent par défaut, produisant des CD, proposant des spectacles à l’image d’un chant d’amour défendu par des docteurs en lettres, des docteurs en sciences, ensemble, mettant en avant ce qu’il est possible de faire, pour éviter que se multiplient des conflits d’ordre personnel, prenant des allures d’affaire d’Etat, entrainant catastrophes financières et malentendus que certains cinéastes ont le talent de dédramatiser. Nous avons un exemple parlant : Le monstre de Roberto Benigni, un film joué par lui-même, dans le rôle du poète que l’on prend pour un tueur en série, joué en compagnie de la femme de sa vie  : Nicoletta Braschi. Le collectif de formateur « Vincent Dominique Tondo ë Fils », ayant à sa tête Vincent Tondo et son fils Antoine-Guillaume cite ce film comme référence, dans la réalisation d’un module de formation portant le titre A TUTU A PAPA, chanson introduite par la voix du petit enfant ayant inspiré la chanson, un enfant débarquant dans le studio où son père enregistrait, s’approchant du micro pour dire que grâce à la musique, il n’avait pas peur de celles et ceux qui tentent de terroriser ceux qui touchent aux instruments de musique depuis leur petite enfance, faisant de la musique, comme on respire l’air le plus pur, comme on souffle les bougies de son anniversaire, sous les projecteurs que sont les regards des gens qui vous aiment, pour votre état d’être. Qu’il en soit ainsi, que l’on se souvienne que dans Let it be, un des plus grands succès des Beatles, Linda McCartney fait les choeurs, et que cela fait 78 ans que Linda McCartney, est née. Que l’on se souvienne aussi de l’anniversaire d’une autre fille : Izia Higelin née il y a 29 ans. Que l’on se souvienne de Antoine-Guillaume Tondo, né il y a 26 ans. Que l’on écrive sur cette page, pour le bonheur d’écrire ce qui nous fait aimer la vie : https://www.facebook.com/Happy-birthday-Antoine-Guillaume-Tondo-Izia-Higelin-remember-Let-it-be-105051187564506/?modal=admin_todo_tour Inscriptions à l’EXPERIENCE POP UP dans LE SUD et en ILE DE FRANCE ici, www.quitusais.it/experience

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>